Livraison gratuite sur les commandes supérieures à 40€Retours acceptés sous 60 jours.

11 effets de la privation de sommeil sur votre corps

Si vous avez déjà passé une nuit à tourner et à vous retourner, vous savez déjà comment vous vous sentirez le lendemain : fatigué, grincheux et de mauvaise humeur. Mais manquer les 7 à 9 heures recommandées de sommeil nocturne fait plus que vous faire sentir groggy et grincheux.

Les effets à long terme de la privation de sommeil sont réels.

Cela épuise vos capacités mentales et met votre santé physique en danger. La science a établi un lien entre un mauvais sommeil et un certain nombre de problèmes de santé, allant de la prise de poids à un système immunitaire affaibli.

Lisez la suite pour découvrir les causes de la privation de sommeil et exactement comment elle affecte les fonctions et les systèmes spécifiques du corps.

En un mot, la privation de sommeil est causée par un manque de sommeil constant ou une qualité de sommeil réduite. Dormir moins de 7 heures sur une base régulière peut éventuellement avoir des conséquences sur la santé qui affectent tout votre corps. Cela peut également être causé par un trouble du sommeil sous-jacent.

Votre corps a besoin de sommeil, tout comme il a besoin d’air et de nourriture pour fonctionner au mieux. Pendant le sommeil, votre corps se guérit et rétablit son équilibre chimique. Votre cerveau forge de nouvelles connexions de pensée et aide à la rétention de la mémoire.

Sans suffisamment de sommeil, vos systèmes cérébraux et corporels ne fonctionneront pas normalement. Cela peut également réduire considérablement votre qualité de vie.

UN revue des études en 2010 ont constaté que dormir trop peu la nuit augmente le risque de décès prématuré.

Les signes notables de privation de sommeil comprennent :

Les stimulants, comme la caféine, ne suffisent pas à annuler le profond besoin de sommeil de votre corps. En fait, ceux-ci peuvent aggraver la privation de sommeil en rendant plus difficile l’endormissement la nuit.

Ceci, à son tour, peut conduire à un cycle d’insomnie nocturne suivi d’une consommation de caféine pendant la journée pour lutter contre la fatigue causée par les heures perdues de fermer les yeux.

Dans les coulisses, la privation chronique de sommeil peut interférer avec les systèmes internes de votre corps et causer plus que les signes et symptômes initiaux énumérés ci-dessus.

Votre système nerveux central est la principale autoroute de l’information de votre corps. Le sommeil est nécessaire pour qu’il fonctionne correctement, mais l’insomnie chronique peut perturber la façon dont votre corps envoie et traite habituellement les informations.

Pendant le sommeil, des voies se forment entre les cellules nerveuses (neurones) de votre cerveau qui vous aident à vous souvenir des nouvelles informations que vous avez apprises. La privation de sommeil laisse votre cerveau épuisé, de sorte qu’il ne peut pas remplir ses fonctions aussi bien.

Vous pouvez également trouver plus difficile de vous concentrer ou d’apprendre de nouvelles choses. Les signaux que votre corps envoie peuvent également être retardés, ce qui diminue votre coordination et augmente votre risque d’accident.

La privation de sommeil affecte également négativement vos capacités mentales et votre état émotionnel. Vous pouvez vous sentir plus impatient ou sujet à des sautes d’humeur. Cela peut également compromettre les processus décisionnels et la créativité.

Si la privation de sommeil dure assez longtemps, vous pourriez commencer à avoir des hallucinations – voir ou entendre des choses qui ne sont pas vraiment là. Un manque de sommeil peut également déclencher une manie chez les personnes atteintes d’un trouble de l’humeur bipolaire. Les autres risques psychologiques comprennent :

Vous pouvez également finir par souffrir de microsommeil pendant la journée. Au cours de ces épisodes, vous vous endormirez pendant quelques à plusieurs secondes sans vous en rendre compte.

Le microsommeil est hors de votre contrôle et peut être extrêmement dangereux si vous conduisez. Cela peut également vous rendre plus vulnérable aux blessures si vous utilisez de la machinerie lourde au travail et que vous avez un épisode de microsommeil.

Pendant que vous dormez, votre système immunitaire produit des substances protectrices et anti-infectieuses comme les anticorps et les cytokines. Il utilise ces substances pour combattre les envahisseurs étrangers tels que les bactéries et les virus.

Certaines cytokines vous aident également à dormir, donnant à votre système immunitaire plus d’efficacité pour défendre votre corps contre la maladie.

La privation de sommeil empêche votre système immunitaire de développer ses forces. Si vous ne dormez pas suffisamment, votre corps peut ne pas être en mesure de repousser les envahisseurs et il peut également vous falloir plus de temps pour vous remettre d’une maladie.

La privation de sommeil à long terme augmente également votre risque de maladies chroniques, telles que le diabète sucré et les maladies cardiaques.

La relation entre le sommeil et le système respiratoire va dans les deux sens. Un trouble respiratoire nocturne appelé apnée obstructive du sommeil (AOS) peut interrompre votre sommeil et réduire la qualité de votre sommeil.

Lorsque vous vous réveillez toute la nuit, cela peut entraîner une privation de sommeil, ce qui vous rend plus vulnérable aux infections respiratoires comme le rhume et la grippe. La privation de sommeil peut également aggraver les maladies respiratoires existantes, telles que les maladies pulmonaires chroniques.

En plus de manger trop et de ne pas faire d’exercice, la privation de sommeil est un autre facteur de risque de surpoids et d’obésité. Le sommeil affecte les niveaux de deux hormones, la leptine et la ghréline, qui contrôlent les sensations de faim et de satiété.

La leptine indique à votre cerveau que vous avez assez mangé. Sans suffisamment de sommeil, votre cerveau réduit la leptine et augmente la ghréline, qui est un stimulant de l’appétit. Le flux de ces hormones pourrait expliquer les collations nocturnes ou pourquoi quelqu’un peut trop manger plus tard dans la nuit.

Un manque de sommeil peut également vous rendre trop fatigué pour faire de l’exercice. Au fil du temps, une activité physique réduite peut vous faire prendre du poids parce que vous ne brûlez pas assez de calories et que vous ne construisez pas de masse musculaire.

La privation de sommeil fait également que votre corps libère moins d’insuline après avoir mangé. L’insuline aide à réduire votre taux de sucre dans le sang (glucose).

La privation de sommeil réduit également la tolérance du corps au glucose et est associée à la résistance à l’insuline. Ces perturbations peuvent conduire au diabète sucré et à l’obésité.

Le sommeil affecte les processus qui maintiennent votre cœur et vos vaisseaux sanguins en bonne santé, y compris ceux qui affectent votre glycémie, votre tension artérielle et vos niveaux d’inflammation. Il joue également un rôle vital dans la capacité de votre corps à guérir et à réparer les vaisseaux sanguins et le cœur.

Les personnes qui ne dorment pas assez sont plus susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire. Une analyse a établi un lien entre l’insomnie et un risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

La production d’hormones dépend de votre sommeil. Pour la production de testostérone, vous avez besoin d’au moins 3 heures de sommeil ininterrompu, ce qui correspond à peu près au moment de votre premier épisode REM. Se réveiller toute la nuit pourrait affecter la production d’hormones.

Cette interruption peut également affecter la production d’hormone de croissance, en particulier chez les enfants et les adolescents. Ces hormones aident le corps à développer la masse musculaire et à réparer les cellules et les tissus, en plus d’autres fonctions de croissance.

L’hypophyse libère l’hormone de croissance tout au long de la journée, mais un sommeil et un exercice adéquats contribuent également à la libération de cette hormone.

La forme la plus élémentaire de traitement de la privation de sommeil consiste à dormir suffisamment, généralement de 7 à 9 heures par nuit.

C’est souvent plus facile à dire qu’à faire, surtout si vous avez été privé de votre précieux sommeil pendant plusieurs semaines ou plus. Passé ce stade, vous aurez peut-être besoin de l’aide de votre médecin ou d’un spécialiste du sommeil qui, au besoin, pourra diagnostiquer et traiter un éventuel trouble du sommeil.

Les troubles du sommeil peuvent rendre difficile l’obtention d’un sommeil de qualité la nuit. Ils peuvent également augmenter votre risque pour les effets ci-dessus de la privation de sommeil sur le corps.

Voici quelques-uns des types de troubles du sommeil les plus courants :

Pour diagnostiquer ces conditions, votre médecin peut vous prescrire une étude du sommeil. Ceci est traditionnellement effectué dans un centre de sommeil formel, mais il existe désormais des options pour mesurer la qualité de votre sommeil à la maison également.

Si vous recevez un diagnostic de trouble du sommeil, on peut vous donner des médicaments ou un appareil pour garder vos voies respiratoires ouvertes la nuit (dans le cas de l’apnée obstructive du sommeil) pour aider à combattre le trouble afin que vous puissiez avoir une meilleure nuit de sommeil sur une base régulière. base.

La meilleure façon de prévenir la privation de sommeil est de vous assurer de dormir suffisamment. Suivez les directives recommandées pour votre groupe d’âge, qui est de 7 à 9 heures pour la plupart des adultes de 18 à 64 ans.

Voici d’autres façons de vous remettre sur la bonne voie avec un horaire de sommeil sain :

  • limiter les siestes pendant la journée (ou les éviter complètement)
  • s’abstenir de caféine après midi ou au moins quelques heures avant le coucher
  • se coucher à la même heure chaque nuit
  • se réveiller à la même heure tous les matins
  • respecter votre horaire de coucher pendant les week-ends et les jours fériés
  • passer une heure avant de se coucher à faire des activités relaxantes, comme lire, méditer ou prendre un bain
  • éviter les repas lourds quelques heures avant le coucher
  • s’abstenir d’utiliser des appareils électroniques juste avant de se coucher
  • faire de l’exercice régulièrement, mais pas le soir près de l’heure du coucher
  • réduire la consommation d’alcool

Si vous continuez à avoir des problèmes de sommeil la nuit et que vous luttez contre la fatigue diurne, parlez-en à votre médecin. Ils peuvent tester les problèmes de santé sous-jacents qui pourraient entraver votre horaire de sommeil.

Parcourez notre magasin de sommeil et découvrez tous les meilleurs produits pour obtenir un sommeil plus profond

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Eczema dermatite atopique
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
Compare items
  • Total (0)
Compare
0