Livraison gratuite sur les commandes supérieures à 40€Retours acceptés sous 60 jours.

Votre régime pauvre en glucides peut-il augmenter votre taux de cholestérol LDL ? Comment perdre du poids tout en gardant le LDL à distance ?

Le passage à des régimes faibles en glucides, en particulier ceux comme le céto, est peut-être devenu populaire en raison des résultats visibles en matière de perte de poids. Mais ils ont des effets secondaires à long terme, l’un d’eux étant une augmentation du taux de LDL (mauvais cholestérol).

Bien qu’il y ait eu une pléthore d’études sur l’efficacité des régimes à faible teneur en glucides comme le céto sur la santé cardiaque avec des résultats mitigés concernant leur impact sur le cholestérol, il semble y avoir un accord commun. Les régimes à faible teneur en glucides comme le céto peuvent entraîner une augmentation soudaine des LDL et des triglycérides, le « mauvais » cholestérol, lorsque le régime est lancé, une augmentation qui ne peut se stabiliser qu’après des semaines et des mois, causant des dommages entre les deux pour les cas à haut risque. Et apparemment, alors que les gens perdent de la masse grasse plutôt que de la masse sans gras, leur taux de cholestérol LDL n’a pas changé. Le Dr Shobha Itolikar, consultant, médecine générale, hôpital Fortis, Mumbai, suggère des choses à faire et à ne pas faire si l’on suit un régime alimentaire particulier.

Un régime pauvre en glucides augmente-t-il le cholestérol ?

Un régime pauvre en glucides fait référence à un régime dans lequel la quantité de glucides consommée est restreinte et, à cet effet, il est riche en protéines, en fibres et/ou en graisses. Ce type de régime vise à limiter l’apport calorique des aliments riches en “sucre” comme les sucreries, les pâtes, le pain, les biscuits, le riz et autres aliments à index glycémique élevé. Un tel régime semble incorporer davantage de légumes non féculents, de noix, de légumineuses, de produits laitiers, de légumineuses, de viande, de poisson et de volaille. Les différents régimes à faible teneur en glucides pratiqués dans le monde sont le régime cétogène, le régime Atkins et le régime paléo, pour n’en nommer que quelques-uns. Ces régimes font passer le moteur de combustion de carburant de notre corps d’un moteur dépendant du glucose à un moteur dépendant des graisses. Par conséquent, en plus de l’effet sur la dynamique du poids et de la glycémie, ces régimes ont également un impact sur notre taux de cholestérol sanguin. Un régime de base à faible teneur en glucides, contrairement à un régime pauvre en glucides et riche en graisses, aura un effet favorable sur votre taux de cholestérol, tandis que ce dernier a des effets néfastes sur le profil lipidique en augmentant les niveaux de LDL (mauvais cholestérol) et les particules. Nombres.

Comment l’augmentation du cholestérol LDL, ainsi que l’augmentation des marqueurs avancés (et beaucoup plus importants) comme les particules LDL sont-elles importantes ?

Le nombre de particules LDL (LDL-P) nous renseigne sur la charge de mauvais cholestérol (LDL) présente dans notre circulation sanguine et susceptible de se déposer dans nos tissus et nos artères, entraînant de futures crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux. Un régime pauvre en glucides augmente les niveaux de LDL principalement en raison de l’inclusion de graisses alimentaires dans le plan de repas. Au contraire, un régime pauvre en glucides et en graisses pourrait offrir une réduction favorable du taux de cholestérol LDL.

Comment réduire le cholestérol LDL si vous suivez un régime pauvre en glucides ?

Nous pouvons contrôler le cholestérol LDL en incorporant la catégorie d’aliments suivante dans notre plan de repas :

(1) Fibres solubles comme l’avoine.
(2) Beaucoup de légumes non féculents et de fruits riches en pectine comme les agrumes, les pommes, les pamplemousses et les fraises.
(3) Des graisses saines comme les graisses mono et polyinsaturées comme celles que l’on trouve dans les noix, le poisson, les graines de chia, les graines de lin, les olives, l’avocat, etc.
(4) Beaucoup d’eau.
(5) Évitez les graisses saturées et trans à tout prix.

Quels tests lipidiques faut-il faire ?

Les personnes avec ou sans anomalies préexistantes du cholestérol, si elles sont âgées de 65 ans et plus, doivent subir une évaluation annuelle du profil lipidique à jeun (9 à 12 heures), y compris la mesure des taux d’apolipoprotéine B, qui est une mesure directe en laboratoire du nombre de particules de LDL. Les personnes âgées de 45 à 65 ans, qui présentent des facteurs de risque comme l’obésité, l’hyperlipidémie, le diabète ou de forts antécédents familiaux de maladies vasculaires, devraient également se soumettre à un dépistage annuel.

Quelles sont les choses à faire et à ne pas faire avec un régime pauvre en glucides ?

Pour suivre efficacement un régime pauvre en glucides, il est important de faire certaines choses et d’en éviter d’autres :

(1) Inculquer la discipline en matière d’alimentation, de sommeil et d’exercice.
(2) Réduisez votre consommation de tabac et d’alcool.
(3) Mangez sagement, lentement et surveillez les portions que vous mangez.
(4) Dites non aux aliments blancs comme les sucres, le riz, le pain, les pommes de terre, les pâtes, les biscuits et la margarine.
(5) Suivez un régime pauvre en glucides et en graisses plutôt qu’un régime pauvre en glucides et riche en graisses.
(6) Évaluation périodique du poids, de la glycémie, de la tension artérielle et du profil lipidique.
(7) Faible teneur en glucides ne signifie pas sans glucides. Cela pourrait conduire à un “crash glucidique”.
(8) Laissez votre appétit vous guider. Ne mangez pas trop d’«aliments autorisés», car tout excès n’est pas bon pour votre santé globale.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Eczema dermatite atopique
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
Compare items
  • Total (0)
Compare
0